Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur et nous vous recommandons d’accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.

close

PANIER  

Sans articles

0,00 € Frais de port
0,00 € Total

Commander

Newsletter

FLUIDE GLACIAL 465 - 03/2015

FLUIDE GLACIAL 465 - 03/2015

Magazine mensuel FLUIDE GLACIAL N°465

Mars 2015

Le guide de l'adultère en France, vile par ville! Us, coutumes, trucs et astuces

82 pages

Plus de détails

50,00 €

FLUIDE465

Fluide glacial est un magazine de bande dessinée humoristique, fondé en 1975 par Marcel Gotlib, Alexis et Jacques Diament.
Fluide Glacial fait partie des magazines issus de l'émergence de la bande dessinée pour adulte dans les années 1970. À l'époque, l'esprit libertaire de mai 1968 pousse une génération d'auteurs à sortir des contraintes imposées par la bande dessinée pour la jeunesse. Ainsi, plusieurs auteurs de Pilote partent fonder leur propre magazine, parmi lesquels Mandryka, Bretécher et Gotlib qui fondent L'Écho des savanes en mai 1972.
Au bout de dix numéros, Gotlib quitte le journal et part fonder un nouveau magazine avec son ami d'enfance Jacques Diament et le dessinateur Alexis. Ils sont accompagnés par Solé, Forest, Masse et Lacroix. Les statuts de la société sont déposés le 1er avril 1975. Ils sont rapidement rejoints par Binet, Edika, Goossens, Maëster, Franquin et l'espagnol Carlos Giménez qui formeront la première génération d'auteurs. À la manière du magazine américain Mad, les auteurs de Fluide Glacial cherchent à s'exprimer de manière totalement libérée.
« Avant de lancer Fluide, j'ai quitté ma maison, Pilote, pour collaborer à L'Écho des savanes, fondé par Mandrika et Bretécher. Là, j'ai fait ma crise «zizi, pipi, caca», que j'ai publiée ensuite sous le titre de Rhââ Lovely. Le problème, c'est que quand le titre a foiré au bout de 10 numéros, et que j'ai créé Fluide, les jeunes se croyaient obligés de m'envoyer des propositions avec des gros phallus et des histoires scato. Or, moi, j'en avais marre de tous ces gens en train de faire caca. J'ai appelé Binet, qui a commencé avec son chien Kador, avant d'enchaîner avec ses maîtres, Les Bidochon. J'ai récupéré aussi Edika, Goossens, cet alien de la BD, qui a trouvé le moyen de renouveler le genre avec un dessin à la limite du classique… J'ai aussi recruté Carlos Giménez, auteur espagnol, et ses Paracuellos, ces histoires de mômes dans une institution catholique sous le franquisme : dramatique, mais marrant. Mais le plus grand de tous, c'est Franquin, qui est venu avec ses Idées noires, quand il a arrêté le Trombone illustré, un supplément de Spirou. Je reconnais que j'ai toujours fait des choix très subjectifs. Mais les lecteurs me faisaient confiance. Ils appelaient Fluide « le journal de Gotlib »7. »
Le magazine devient vite mensuel. Deux ans après la création du journal, l'un de ses fondateurs, Alexis, meurt. De 1975 à 1990, plusieurs séries devenues emblématiques de Fluide Glacial voient le jour : Les Bidochon de Binet, Superdupont de Lob et Gotlib, Carmen Cru de Lelong, Sœur Marie-Thérèse des Batignolles de Maëster et Jean-Claude Tergal de Tronchet.
Suite à une couverture de 1989 montrant Sœur Marie-Thérèse des Batignolles avec une poupée gonflable de Jésus (no 162), le militant d'extrême-droite Bernard Antony attaque le journal mais perd le procès.
En 1995, au départ en retraite de Jacques Diament, le titre est revendu, en même temps que les éditions Audie (qui publient les albums des dessinateurs de Fluide Glacial), aux éditions Flammarion. La période 1975-1995 est retracée dans le livre de Jacques Diament Fluide Glacial, Gotlib...et moi, L'Harmattan 2010.
Fluide Glacial connaît alors plusieurs réorganisations qui entament à peine son succès, avec des tirages atteignant jusqu'à 100 000 exemplaires. Après le rachat des éditions Casterman, en 1999, Flammarion envisage un rapprochement entre ses deux éditeurs de bande dessinée avant d'être à son tour racheté par le groupe italien Rizzoli-Corriere-della Sera. Pour Fluide Glacial commence une période de doute qui se traduit par des désaccords au sein de l'équipe rédactionnelle. En 2003, le directeur de Casterman, Louis Delas, devient directeur de Fluide Glacial, dont l’équipe rejoint les locaux de Casterman. Albert Algoud est alors nommé à la tête du magazine fondé par Gotlib. Charles-Henri Flammarion, directeur de la publication de Fluide Glacial, quitte quelques mois plus tard le groupe qui porte son nom. Des dessinateurs comme Maëster et Coyote décident alors de reprendre leur liberté.
En janvier 2003, le journal est marqué par la mort de l'un de ses principaux collaborateurs, Moerell. En février de l'année suivante meurt un autre pilier du journal, Lelong.