Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur et nous vous recommandons d’accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.

close

PANIER  

Sans articles

0,00 € Frais de port
0,00 € Total

Commander

Newsletter

Nice-Matin, quotidien français d’information.

UNE FEUILLE CLANDESTINE


Feuille clandestine pendant la Seconde Guerre mondiale, Combat paraît en
août 1944. Il prend le titre de Nice-Matin en septembre 1945 et doit se battre
aussi bien contre la concurrence — six quotidiens sur le seul département des
Alpes-Maritimes — que contre les problèmes d’approvisionnement en papier.


La publication a connu pendant près d’un demi-siècle un même président,
Michel Bavastro. Né en 1906, ce dernier est journaliste, de 1931 à 1939, à
l’Éclaireur de Nice. Avec Raymond Comboul et les représentants du mouvement
Combat, il fait démarrer l’entreprise Nice-Matin, en devient directeur dès 1949
et occupe dans les milieux de l’information des postes importants
(administrateur de Canal +, ou de l’AFP, président du syndicat de la presse
quotidienne régionale, le SNPQR).

UNE DIFFICILE SUCCESSION


Après avoir fait reculer d’année en année la limite d’âge à son profit,
Michel Bavastro passe la main à son fils Gérard en 1996. Avocat au barreau de
Nice, celui-ci avait rejoint Nice-Matin en 1975 et en était devenu
administrateur et directeur général en 1978.

Pourtant, de 1994 à 1996,
le journal traverse deux années de lutte entre actionnaires : il se retrouve en
effet au centre d’un conflit entre le groupe Hachette, avec lequel Michel
Comboul, coresponsable de la rédaction, s’est allié, et le groupe Havas avec
lequel les Bavastro sont associés (voir Havas Publication Édition). À la fin de
l’année 1997, la famille Bavastro se décide à vendre ses actions : Havas
marquant un certain retrait dans le secteur de la presse quotidienne régionale à
cause des pressions de la Compagnie générale des eaux, son actionnaire
principal, le groupe Hachette, fait l’acquisition des actions Bavastro
regroupées dans une société transformée en société anonyme. À l’issue du conseil
d’administration du 5 février 1998, Hachette rachète leurs parts à plusieurs
actionnaires et prend le contrôle de la publication. La famille Comboul demeure
actionnaire avec 23,5 p. 100 du capital. La Coopérative de main d’œuvre est
désormais le troisième actionnaire avec 20 p. 100. À la mort de Gérard Bavastro
en mars 1998, Michel Comboul devient président-directeur général. Cette nouvelle
donne va permettre de faire un pas important vers la constitution d’un grand
pôle de presse régionale comprenant notamment la Provence, le Midi libre,
Nice-Matin et bientôt Var Matin.

Source : Collection Microsoft ® Encarta
® 2005. © 1993-2004 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.