Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur et nous vous recommandons d’accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.

close

PANIER  

Sans articles

0,00 € Frais de port
0,00 € Total

Commander

Newsletter

France-Soir, quotidien français d’information, fondé en 1944.

LE QUOTIDIEN N° 1

Succédant au quotidien clandestin Défense de la France, France-Soir
paraît en novembre 1944. Sous la direction de Pierre Lazareff, qui y reprend les
recettes de feu Paris-Soir, il devient le plus grand quotidien d’information
français des Trente Glorieuses. Alternant nouvelles d’actualité présentées dans
un style de grande vulgarisation et nouvelles de proximité traitées dans un
style direct, offrant des enquêtes et des reportages de qualité, sans négliger
les jeux et les bandes dessinées, sa formule est payante : le tirage atteint 1
million d’exemplaires en 1954, culmine à 1,5 million en 1956-1958 et se
maintient au-dessus du million jusqu’en 1966.

France-Soir peut alors s’enorgueillir : « Faites comme tout le monde, lisez France-Soir », dit son
slogan. Le titre incarne alors, avec l’Aurore et le Parisien libéré, le standard
de la presse populaire — la moitié de son lectorat a un niveau d’études
primaires au plus, à l’exact opposé du Monde (chiffres 1972). À l’image du
lancement du Journal du dimanche en 1955 ou de la reprise de
Paris-Presse-l’Intransigeant, en 1951, qui n’est bientôt plus qu’une autre de
ses jaquettes, il se porte à ravir.

UN DÉCLIN STRUCTUREL


Dans le grand mouvement qui affecte la presse quotidienne, sa
diffusion décroît à partir de 1968. En 1972, la disparition de Lazareff le
déstabilise plus encore (792 000 exemplaires en 1972). Le groupe Hachette,
propriétaire depuis 1946, désigne successivement à sa direction Jean Meo, Henri
Amouroux et Jean Gorini, pour lui permettre de renouer avec une logique
conquérante. Leur échec et le recul au second rang des tirages nationaux, en
1974, derrière le Parisien libéré, aboutit à la vente du titre à
Presse-Alliance, entreprise associant Robert Hersant et Paul Winkler (1976). À
la mort de Winkler, en 1983, le titre passe sous le contrôle du groupe Hersant.
Malgré le succès de certaines formules comme France-Soir Magazine (lancé en
1981), la diffusion ne cesse de décliner.

UN AVENIR INCERTAIN…


Pour contrecarrer cette perte d’audience, une formule tabloïd de 32
pages est lancée le 8 juin 1998, mais en vain, puisque le tirage recule de 162
000 en 1998 à 148 000 en 1999. Cette même année, France-Soir est racheté pour un
franc symbolique par la Financière immobilière Saint Augustin de l’homme
d’affaires libanais Georges Ghosn, qui en devient P.-DG. Le 9 septembre 1999,
Georges Ghosn et Jean-Luc Mano, directeur de la rédaction, proposent à leur tour
une nouvelle formule. La maquette est profondément remaniée et s’inspire des
principes en usage dans la presse britannique : série de surtitres en tête de la
une, place importante attribuée à la photo et dernière page consacrée au sport.
La pagination du journal est étoffée et ses centres d’intérêt élargis aux «
tendances » actuelles, aux sorties culturelles, sans négliger les sujets
d’actualité française, étrangère et économique. Deux cahiers « femmes » et «
sciences » sont proposés chaque semaine. La nouvelle direction cherche ainsi à
redonner à France-Soir l’image d’un « journal crédible » et à recréer un «
journal populaire de qualité, complet et équilibré, qui puisse s’adresser à des
millions de lecteurs potentiels ».

Un an après cette réforme, force est de constater le relatif échec de la nouvelle mouture, puisque France-Soir, souffrant de la même maladie de langueur que la plupart des quotidiens français,
perd encore des lecteurs. En juillet 2000, France-Soir rachète l’hebdomadaire
l’Événement du jeudi, qui devient l’Événement, et en fait un supplément
télé-guide-culture du week-end. Le 21 décembre 2000, Georges Ghosn vend à son
tour France-Soir pour un franc symbolique au groupe de presse italien
Poligrafici Editoriale, qui détenait déjà 35 p. 100 du quotidien pour y avoir
injecté 45 millions de francs en quelques mois. Poligrafici Editoriale
recapitalise France-Soir à hauteur de 80 millions de francs début 2001.
Dominique Pouchin est nommé directeur de la rédaction en remplacement de
Jean-Luc Mano et une nouvelle formule voit le jour. En février de la même année
Poligrafici Editoriale décide de suspendre la parution de l’Événement qui
disparaît donc dix-sept ans après sa création par Jean-François Kahn.


Collection Microsoft ® Encarta ® 2005. © 1993-2004 Microsoft
Corporation. Tous droits réservés.