Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur et nous vous recommandons d’accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.

close

PANIER  

Sans articles

0,00 € Frais de port
0,00 € Total

Commander

Newsletter

14/11/1913 Un jaloux tue son rival et blesse I’infidèle

Le Havre, 13 novembre 1913.


Un drame de la jalousie s’est déroulé cette nuit dans le quartier Saint-François. Il s’agit d’un assassinat, commis dans les circonstances particulièrement audacieuses que nous allons relater.

Une fille de dix-huit ans, Charlotte Robinson, avait vécu durant quelque temps avec un certain Alfred Billoteau, dont la brutalité ne tarda pas à la lasser. Elle rompait donc dernièrement avec lui, mais, depuis ce jour, son ex-amant la poursuivait sans cesse de ses injures et de ses menaces. Hier soir encore, la rencontrant rue liazan, il lui criait: Je te ferai bientôt ton affaire!
Epouvantée, la malheureuse se réfugia chez un nommé Joseph Moulin, dix-neuf ans, demeurant en garni, rue du Grand-Croissant.

Vers une heure et demie du matin, plusieurs individus frappèrent chez Moulin.
Soupçonnant les mauvaises intentions de leurs visiteurs nocturnes, les deux jeunes gens refusèrent d’ouvrir: les visiteurs enfoncèrent la porte.

Billoteau. car c’était lui, et deux de ses amis firent bruyamment irruption dans l’appartement. Deux autres individus se tinrent sur le palier.

Billoteau se rua sur Moulin et lui porta un terrible coup de couteau au ventre. Le malheureux s’affaissa. Pendant qu’il agonisait, l’assassin, tournant sa fureur contre son ancienne amie, la frappa à la cuisse d’un coup de son arme, lui faisant une grave blessure.

Charlotte Robinson ne cessant d’appeler au secours, les brutes finirent par s’esquiver.

La police, prévenue par des voisins, arriva peu après. M. Guillaume, commissaire, fit mander en hâte un médecin, mais il ne put que constater le décès de Moulin.

Après un rapide interrogatoire de la victime survivante, on la conduisit à l’hospice.
Billoteau et les nommés Victor Lespagnol et Lernoine, Qui l’assistèrent dans sa sinistre expédition, ont été arrêtés et écroués dans la journée.

 

Paru dans le journal LE PETIT PARISIEN du Vendredi 14 Novembre 1913

Publié dans Articles de presse

Votre commentaire a été envoyé avec succès. Merci pour commentaire!
Ajouter un commentaire
Nom:*
Email:*
Message:*
  Captcha
  Ajouter un commentaire